La Sélection - T1 La Sélection

Trois cent ans ont passé et les États-Unis ont sombré dans l'oubli. De leurs ruines est née Illea, une monarchie de castes. Mais un jeu de téléréalité pourrait bien changer la donne.
Elles sont trente-cinq jeunes filles: la "Sélection" s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L'unique occasion d'habiter dans un palais et de conquérir le cœur du prince Maxon, l'héritier du trône.
Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l’œil des caméras...
Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu'elle avait échafaudés s'en trouvent bouleversés...

La Sélection - T2 L'Elite

Elles étaient 35 candidates.
Elles ne sont plus que 6.
Trois cents ans ont passé et les États-Unis ont sombré dans l'oubli. 
De leurs ruines est née Illéa, une monarchie de castes. Mais un jeu de télé-réalité pourrait bien changer la donne.
La Sélection de trente-cinq candidates s'est réduite comme peau de chagrin, et désormais l'Elite restante n'est plus composé que de six prétendantes. L'enjeu pour ces jeunes filles ? Convaincre le Prince Maxon, le Roi et la Reine ses parents, qu'elles sont les mieux à même de monter sur le trône d'Illéa, alors que deux factions rebelles veulent faire tomber la monarchie.
Pour América Singer, demeurer au palais est encore plus compliqué : ses sentiments envers Maxon viennent se heurter à l'amour qu'elle éprouve pour Aspen, garde royal qu'elle croise tous les jours dans les galeries, et à son sens aigu de la justice trop souvent déçu par les décisions royales...
Entre intrigues de cour, dilemmes tragiques et loyautés divisées, América navigue à vue dans
 la tourmente, en quête du déclic qui changera à jamais le cours de sa vie...

Tout jeu comporte des règles, et les règles sont faites pour être transgressées.


Genre : Romance

Lecteurs : Ado et jeune adulte

Auteur : Kiera Cass

Éditeur : Robert Laffont

Extraits :

- Aucune idée. En même temps, certaines n'attendent qu'une chose, vous sauter dessus.
- Mais pas vous. Vous, vous n'avez eu aucun scrupule à me balancer un coup de genou dans l'entrejambe.
- Objection ! Dans la cuisse.
- Ne dites pas d'absurdités. Dans la cuisse, ça ne fait pas aussi mal.

T1 - America et Maxon

« Lorsque ses lèvres s'aventurent dans mon cou, je souffle :
- Ils vont te tuer si tu fais ça.
- Et je vais mourir si je ne t'embrasse pas. »

T1 - America et Aspen

- Et moi, pourquoi me garder ?
- America, je croyais avoir été clair sur ce point.
Maxon laisse échapper un soupir et prend délicatement mon visage entre ses paumes. Quand je lève la tête, il passe aux aveux.
- Si les choses n'étaient pas aussi compliquées, j'aurais déjà annulé la Sélection depuis longtemps. Mes sentiments ne sont plus un mystère pour moi. Peut-être est-ce irréfléchi de ma part de me lancer ainsi tête baissée, mais je suis certain que je serais heureux avec vous.

T1 - America et Maxon

-Et vous, mademoiselle, qu'est-ce qui vous a poussée à participer à la Sélection ? L'homme ou le trône ?
-En fait, je suis arrivée ici par erreur.
-Par erreur ?
-Oui. Plus ou moins. C'est une longue histoire. Et maintenant... me voilà. Je ne me bats pour rien de tout. Le but ultime, c'est de me remplir l'estomac jusqu'à ce que vous me montriez la porte.

T1 - America et Maxon

- Dites-moi, Votre Altesse, comment gérez-vous une pièce remplie de jeunes filles éplorées?
- Je ne connais rien de plus déroutant! chuchote-t-il ses traits déformés en une expression de perplexité comique. Je n'ai pas la moindre idée de ce qu'il faut faire pour inverser la tendance.
Voici l'homme qui va prendre en main le destin de notre pays; quelques larmes et il est pris de court. A mourir de rire. "

T1 - America et Maxon

"Et c'est ce genre de fille que je vais côtoyer. Ô joie, ô bonheur."

T1 - America en parlant de Céleste

Elle pousse un énorme soupir et se laisse tomber dans son fauteuil. Amoureuse. Mission accomplie !
- Je suis impatiente de le revoir, ajoute Marlee. Il est tellement beau, tu ne trouves pas ?
- Oui, pas mal.
- Arrête, America ! Tu n'as pas pu passer à côté de ses yeux, et cette voix...
- Sauf quand il rit !
Je repense aux gloussements de Maxon. A l'oreille, on dirait un vieux camion à l'agonie, ou une scie musicale. insupportable et attendrissant tout à la fois.
- Oui, c'est vrai qu'il a un rire bizarre, mais je le trouve mignon, proteste Marlee.
- Mignon, ça ? On croirait qu'il fait une crise d'asthme chaque fois qu'il raconte une blague !
Marlee explose de rire.

T1 - Marlee et America en parlant de Maxon

Il veut savoir ce que je pense de lui. Vraiment.
Et je ne peux pas me moquer de lui, même gentiment, alors qu'il ne réclame qu'une chose, un peu de sincérité. Encore moins faire rire le public au dépens d'un ami qui m'aide à surmonter un chagrin d'amour, qui envoie des pâtisseries à ma famille et qui s'inquiète pour moi à toute heure.
Il y a un mois est apparu à la télévision un type raide, ennuyeux, distant, incapable d'inspirer l'amour et d'aimer qui que ce soit. A présent, mes œillères sont tombées. Force est d'avouer que je me suis trompée sur son compte, et lourdement.
- Maxon Schreave est la bonté personnifiée. Il autorise certains filles à troquer leur robe contre un pantalon et il ne tient pas rancune aux gens qui se trompent sur son compte. Celle qu'il va épouser aura une chance phénoménale. Et même si je quitte prématurément la Sélection, je serai honorée d'avoir vécu cette aventure.

T1 - America en parlant de Maxon

- America Singer. Curieux comme nom. Y a-t-il un histoire derrière ? 
- Oui, tout a fait. Quand maman était enceinte de moi, je bourrais son ventre de coups de pieds. Elle s'est dit qu'elle aurait sur les bras une boxeuse, une battante, et elle m'a donne le nom du pays qui a lutte pour préserver son unité et sa liberté.

T1 - Amertica et le présentateur du jeu

- Je vous en veux de m'avoir forcée à raconter cette histoire.
- Arrêtez! C'était le meilleure moment de la soirée! Mère a trouvé votre intervention irrésistible. De son temps les jeunes filles étaient réservées, plus encore que Tiny, et vous étiez là, en train de me tailler un costume pour l'hiver... Elle a eu du mal a s'en remettre.

T1 - America et Maxon

- Mes chères petites, l'histoire, cela ne s'étudie pas. Cela se sait, tout simplement.

T1 - Pendant un cours lors de la Sélection

- Vous savez que vous avez toujours le choix. Si vous avez peur de rester, n'en faites pas mystère. Si vous doutez de m'aimer un jour, ayez la bonté d'abréger mes souffrances. Nous nous quitterons bons amis. A ces mots, je pose ma tête sur son torse. A la fois surpris et rassuré par ce geste, Maxon me serre contre son coeur. 
- Maxon, je ne sais pas trop ce que nous sommes, mais nous sommes plus qu'amis, c'est certain. Il soupire. Je distingue l'affolement de son coeur, qui bat la chamade à travers l'épaisseur de son costume. Avec délicatesse, il relève mon menton. Je sens un attachement indicible qui grandit entre nous. Ensuite vient le baiser, d'une tendresse inimaginable.

T1 - America et Maxon

Je me dis parfois qu'on ressemble à un noeud, trop serré pour être délié.

T2 - America

Détrompe-toi : je t'aime assez pour te laisser respirer.

T2 - Maxon en parlant à America

« - Ne pleurez pas, très chère. Je bannirais éternellement les larmes de vos yeux si cela m'étais possible...
- Je ne vous reverrai jamais. Par ma faute.
- Non, j'aurais dû être plus démonstratif.
- Et moi plus patiente.
- J'aurais dû vous demander votre main ce soir-là, dans votre chambre.
- Oui, vous auriez dû.
- America, je ne sais pas combien de temps il nous reste ensemble, mais je ne veux pas le perdre.
- Moi non plus.
Je dépose un baiser au creux de sa paume, puis sur le bout de ses doigts. Il glisse une main dans mes cheveux et m'embrasse à pleine bouche. Le feu couve encore sous la cendre, ce baiser le prouve. »

T2 - Maxon et America

- (...) En plus cela m'embêterait de finir avec un homme qui est amoureux d'une autre.
Je me redresse en sursaut.
- Mais de qui parles-tu ?
Marlee affiche alors un air triomphant et le sourire qui se dissimule à moitié derrière sa tasse de thé clame "je t'ai bien eue !"

T2 - Marlee et America en parlant de Maxon

- J'ai découvert il y a peu quelque chose d'étrange...
- Dites-moi.
- Il s'avère que je suis totalement incapable de me passer de vous, America. C'est un problème très sérieux et de tout premier ordre.

T2 - America et Maxon

- C'est comment d'être amoureuse ? lui demande ma petite soeur.
- La chose la plus merveilleuse et la plus terrible qui puisse vous arriver, soupire Lucy en réponse. Un bonheur qui menace à tout instant de vous filer entre les doigts, en quelque sorte.
Lucy a parfaitement résumé la situation. L'amour, c'est une peur qui vous donne des ailes.

T2 - May, Lucy et America

- Je me sens si bête
- Tu n'es pas bête
- Mais si
- Tu me trouves bête, moi?
- Non
- C'est parce que je suis intelligent. Trop intelligent pour être amoureux d'une gourde. Alors la bêtise, ce n'est pas un argument.

T2 - Aspen et America

- En réalité, nous nous disputons assez souvent.
- Quoi ?!
- Oh, et je lui ai donné un coup de genou dans les parties sensibles un jour.
Un ange passe, puis May s'étrangle de rire. Elle plaque une main sur sa bouche et papa pince les lèvres, contenant à grande-peine son hilarité. Maman change de couleur.
- America, c'est une plaisanterie ? Dis-moi que tu n'as pas agressé le prince.

T2 - America, May et leurs parents en parlant de Maxon

- Dis-moi, bella, m'interrompt Noemi en prenant la conversation à son compte, ce Maxon, il est plutôt pas mal. Il y a un moyen d'intégrer la Sélection ?
- De la paperasse à remplir.
- C'est tout ? Où est mon stylo ?
- Moi aussi ça m'intéresse, l'interrompt Orabella. J'en ferais bien mon quatre-heure, de ce Maxon.

T2 - America avec les cousines de la reine d'Italie en parlant de Maxon


Description :

Quand on est dans la caste 5, un seul avenir : artiste. Ce nouveau monde est divisé en différentes castes qui remplissent des critères sociaux et au niveau des revenus. Ce monde a été bâti sur les ruine de l'Amérique, et plus de la moitié de la population est pauvre et meurt chaque jour de faim ou de soif. Dans ce pays, pour régler les guerres intestines du peuple, 35 jeunes filles sont choisies dans chaque province afin qu'une soit désignée pour se marier au futur roi. C'est bien malheureusement qu'America vient à y participer bien malgré elle. Même si le pays est loin d'être sûr avec des résistants. Mais la "Sélection" a lieu quand même : là voilà choyée par des servantes, parée des plus beaux tissus, nourrie jusqu'à plus faim alors qu'elle n'avait jamais eu droit à cela. Elle est bien décidé à se nourrir énormément même si elle part de la compétition, car elle aimait déjà quelqu'un d'autre avant cette stupide "Sélection". Elle ne démord pas de point de vue jusqu'à ce qu'elle découvre Maxon, le prince qu'une des 35 devra épouser et là devant sa timidité, son humour, sa tendresse et sa compassion, elle sent ses certitudes vaciller.

Avis : Si l'Amérique telle qu'on la connaissait avait disparu pour engendrer un nouveau pays et que celui-ci n'était né sur un mensonge ?

J'ai beaucoup apprécié ces deux romans qui reflètent le possible futur de notre société. On peut apercevoir à travers America, les incertitudes, les questions et même quelques réponses qui auraient pu venir de nos propres pensées. America, baptisée en conséquence avec son prénom, est un peu seule contre le monde, la seule qui ose aller au-delà de ce que le protocole ordonne. Cette série réunit aussi l'amour, il faut parfois démêler le vrai du faux dans des relations et le meilleur pour la fin : l'humour, je pense à beaucoup de scènes comme la mythique scène du coup dans la cuisse que Maxon démentit en disant que le coup avait atteint une partie beaucoup plus sensible de son anatomie, et rien que cette scène pour ne citer que celle là est un pure délice. Une lecture bonne enfant qui met le sourire aux lèvres, avec un soupçon de disputes entre filles. Un vrai bonheur quoi...

Maud...